Accueil du site / Home_fr / Actualités / Activites culturelles / La SCAM au Salon du Livre 2011

À cette occasion, elle animera et participera à plusieurs temps forts :

Vendredi 18 mars de 15h30 à 17h sur la Scène numérique :

« Les auteurs et le numérique, mythes et réalités », animé par Nicolas Gary, journaliste Acutalitté.com, avec Nicolas Ancion, écrivain, Jean-Pierre Balpe, poète, directeur du BIPVAL, Thomas Cadène, auteur, illustrateur de BD, Fabien Vehlmann, scénariste de BD, Caroline Vermalle, lauréate du Prix Nouveau Talent Fondation Bouygues Telecom/Metro.

Qu’en est-il aujourd’hui de la réalité du rapport entre la création littéraire et Internet ? Comment les auteurs dont l’activité littéraire classique se prolonge par la tenue de blogs, de textes en ligne, d’interviews, d’extraits, etc. s’investissent-ils dans ces nouveaux supports ? Quels nouveaux modèles de publication ou de diffusion envisagent-ils ? Quel avenir voient-ils aux œuvres multimédias et à la création interactive avec les lecteurs ? Quel rapport Internet, et son principe du tout-gratuit, peut-il entretenir avec le droit d’auteur ? En partenariat avec la SGDL.

Samedi 19 et dimanche 20 mars de 11h à 18h30 sur le stand :

« Les Tête à tête de la Scam ». Loin de la foule des dédicaces et des rencontres publiques, la Scam propose des rencontres personnalisées de 10 à 15 minutes avec son auteur favori. Avec François Bégaudeau, Tahar Ben Jelloun, Sorj Chalandon, Catherine Clément, Régine Deforges, Irène Frain, Michèle Kahn, Maylis de Kerangal, Véronique Ovaldé, Benoit Peeters, Daniel Picouly, Jean Rouaud et Leila Sebbar. En partenariat avec Télérama.

Lundi 21 mars de 10h30 à 11h15 sur la Scène numérique :

« Les auteurs de BD face au numérique », débat animé par Sébastien Naeco, Le Comptoir de la BD, avec Hervé Rony, directeur général de la Scam, Olivier Jouvray, auteur/scénariste de BD, KRIS, Emmanuel de Rengervé, administrateur du SNAC, et Fabien Velhmann, auteur de BD.

Pour certains, la bande dessinée numérique est le prolongement naturel d’une pratique artistique née du côté du papier, pour d’autres, une hérésie absolue. Entre les deux, ils sont des centaines, auteurs de bandes dessinées, illustrateurs – dont beaucoup des signataires de l’« appel du numérique » – à observer le phénomène et à s’interroger sur les conséquences de ce changement de contexte éditorial pour leur art et leur statut. En collaboration avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image.

Lundi 21 mars de 14h à 15h sur la Scène des auteurs :

« Du partage au tapage, la littérature à la télévision », débat animé par Antoine Perraud, commission écrit Scam, journaliste Médiapart et France Culture, avec la participation de Noëlle Chatelet, Jérôme Prieur et Bruno Patino (Directeur de France 5).

Tout commença en 1953, avec "Lectures pour tous", qui proposa, jusqu’en 1968, une forme de syncrétisme entre le petit écran et l’imprimé. Puis vint Bernard Pivot, qui incarna, avec Apostrophes, la brisure dynamique d’une telle fusion : la graphosphère et la vidéosphère devenaient partenaires, chacune dans son camp. Aujourd’hui, la place de la littérature à la télévision semble singer ce passé anéanti, pour simplement « donner une plus-value à la marque ». Notre rencontre, au cœur de cette panne de transmission, tentera d’envisager un recollement de la rétine en faveur de la télévision…

Contacts :
Stéphane Joseph – 06 82 90 01 93 – stephane.joseph scam.fr
Laurence Plon – 06 15 79 62 74 – laurence.plon gmail.com

Dans la même rubrique

Liens utiles