Accueil du site / Home_fr / Actualités / Vie de la Maison des Auteurs / La médaille Beaumarchais à Michèle Braconnier

La SACD France a décerné une médaille Beaumarchais à Michèle Braconnier pour son parcours de découvreuse et son inlassable soutien à la jeune création. Inès Rabadan dresse son portrait, agrémenté d’une notice biographique pour ceux qui auraient encore à découvrir l’énergique directrice de L’l.

Michèle Braconnier, portrait par Inès Rabadan

Obstination, ténacité, enthousiasme inoxydable, faculté de rebondissement à toute épreuve, énergie dingue, quelqu’un qui ne compte pas, une découvreuse.… Celles et ceux à qui j’ai posé la question d’un mot pour la définir, ont dessiné un portrait énergique et enthousiasmant de Michèle Braconnier.
Mais ce portrait révèle des surprises.
Car cette femme déterminée aime prendre des risques. Elle s’implique à fond mais travaille en équipe et laisse à chacun sa voix dans le projet. C’est une forte personnalité, mais qui agit sans se mettre en avant…
C’est sans doute cela qui épate le plus : au lieu de se satisfaire d’être à la tête d’une institution, Michèle Braconnier, en 2008, fait prendre un tournant insolent à L’L : elle passe en laboratoire. L’L devient un lieu de recherche et d’accompagnement pour la jeune création, un lieu où se poser des questions, où prendre le temps de se poser les bonnes questions, sans obligation de résultat.
Clairvoyance, courage, modestie : ceux qui la connaissent emploient ces mots pour définir celle qui a voulu donner aux artistes le luxe de ce temps de réflexion, un luxe nécessaire quand on veut innover, produire des spectacles toujours plus singuliers.
En se plaçant là où ce sera utile et précieux pour les créateurs, Michèle Braconnier apporte aussi, mine de rien, une réponse à l’épineuse question du statut des artistes - en Belgique particulièrement. Elle reconnait ce temps que les créateurs dépensent sans compter pour leur art, elle lui donne une valeur, elle le protège.
À contre-courant du système, à contre-courant de l’obligation généralisée de monter les projets rapidement, à contre-courant de la rentabilité forcée, ce que Michèle Braconnier offre aux artistes, avec intransigeance et beaucoup d’amour, c’est aussi la liberté.

Biographie express

Licenciée en Communication Sociale (Université Catholique de Louvain), Michèle Braconnier attrape le virus du théâtre durant ses années universitaires, à la fois en suivant les cours du Centre d’Étude Théâtrale (CET) et comme jobiste au Théâtre Jean Vilar, à Louvain-la-Neuve (Belgique). Ses études terminées, elle est engagée dans ce théâtre et apprend durant quelques années tous les m.tiers liés à l’administration théâtrale.
Michèle Braconnier est ensuite engagée par la compagnie d’Alain Populaire (Théâtre Impopulaire, à Bruxelles) et enfin travaille au sein de la maison de production INDIGO.
À 32 ans, une évidence s’impose : il est vital qu’elle prenne son indépendance pour se donner les moyens de mettre en œuvre ses convictions.
En 1990, Michèle Braconnier fonde sa propre structure dédiée exclusivement à la jeune création : le Théâtre de L’L, à Bruxelles. Depuis 2007, ce théâtre est devenu L’L, lieu de recherche et d’accompagnement pour la jeune création.

Voir en ligne Vers le site de L’l

Dans la même rubrique

Liens utiles