Accueil du site / Home_fr / Actualités / Du côté des auteurs / Libération de Keywan Karimi !

Nous avons la joie de vous annoncer que Keywan Karimi, le cinéaste iranien qui avait été incarcéré et condamné à recevoir des coups de fouet est sorti de prison et a été placé en liberté conditionnelle. La SACD et la Scam tiennent à remercier tous ceux qui se sont mobilisés, espèrent que Keywan Karimi retrouvera une pleine liberté le plus rapidement possible, et réitèrent leur engagement à se tenir toujours du côté des auteurs et de la liberté d’expression.

Condamné à 223 coups de fouet et un an de prison ferme pour un film documentaire, Keywan Karimi avait été incarcéré le 23 novembre 2016 dans la prison d’Evin. Il avait d’abord été condamné à six ans de prison et 223 coups de fouet en octobre 2015 pour “insulte contre les valeurs sacrées” et “propagande contre le régime”. Sa peine avait été ramenée à un an de prison et à 5 ans en sursis, par une cour d’appel en février 2016.

Writing on the City, son documentaire sur les graffitis et messages inscrits sur les murs de Téhéran depuis la révolution de 1979 jusqu’aux mouvements de 2009, était le motif de sa condamnation, et reste le symbole de son courage. Le film n’a jamais été projeté en Iran, nous vous avions invités à venir le voir lors d’une séance de soutien en février dernier.

Après avoir fait 5 mois de prison, il a été libéré ce 19 avril 2017, sur la décision de la Cour d’appel. Il reste toutefois sous contrôle judiciaire, jusqu’à fin octobre 2017… sans oublier que la peine de prison de 5 ans, et les 223 coups de fouet peuvent être appliqués à tout moment.

Keywan Karimi a 31 ans et la vie devant lui. Sa vocation est le cinéma, il vit pour raconter et partager des histoires. Il exprime son amour de l’Iran à travers ses films, véritables témoignages, courageux et lucides, de la réalité de son pays et de son peuple.

Le dernier film du réalisateur, et sa dernière fiction, Drum a été présenté dans plusieurs festivals, pendant son emprisonnement, notamment, l’été dernier à la Mostra de Venise, et le Festival du film et le forum international sur les droits humains de Genève qui s’est déroulé en mars dernier, lui a dédié cette 15ème édition. La prochaine escale du Drum sera au Festival de cinéma de Buenos Aires.

Avec les nombreux acteurs qui se sont mobilisés, la SACD et la Scam espèrent qu’il retrouvera une pleine liberté le plus rapidement possible, et se tiendront toujours du côté des auteurs et de la liberté d’expression.

Dans la même rubrique

Liens utiles